Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
artmakeuppro.overblog.com

Les années 80 ou l'art de la couleur.

19 Avril 2012, 11:36am

Pour commencer cette rétrospective du maquillage selon les décennies, j’ai eu envie de m’atteler à un grand classique : les années 80.

Parce que, pour toute ma génération, les années 80, c’était hier. (oui, bon, ça va…). La couleur intensive, les mélanges plus qu’osés, le look punk… et bien sûr les cheveux permanentés, les balayages tigresses, les brushings ” ultra volume”, etc. Il y a tellement à dire sur cette période funky !

Commençons par le commencement. Au début des années 80, nous sommes en pleine période disco. La fin des années 70 a ouvert les portes aux couleurs, à l’irisé, à la brillance des lèvres. Les teintes sont encore un peu pastelles, mais nous sommes rentrés dans cet univers fou de l’exagération.

Au fur et à mesure de la décennie, les couleurs vont s’intensifier. Du pastel, on passe au vif. L’irisé se matifie. Le dégradé léger devient dur et plus vraiment dégradé. Certains tons alors méconnus, et qui auraient dû le rester, font leur apparition: orange, jaune, bleu canard… Bref, on est loin d’une mise en valeur subtile…

En parallèle de ce monde de la couleur, le punk. A côté, l’eye-liner d’Amy Winehouse, c’est du pipi de chat. Le noir qui coule, l’ultra-black, au-dessus, en dessous, partout. Les lèvres rouge-bordeaux, bleues, parfois noires. Les coupes asymétriques, le cheveu “punk”, donc… La provocation est maître. Les ongles s’habillent de vernis foncés, mais il faut l’écailler pour être “in”. Le rock se veut l’ennemi du disco et de la pop 80’s.

Alors, bien sûr, les figures emblématiques de la pop seront les Madonna, Kim Wilde et bien d’autres. Pour le rock, on adore le total look Nina Hagen, si poussif, si classieux. Pensons aussi à nos starlettes de l’époque: Meg Ryan, Goldie Hawn, Melanie Griffith… On remarquera que toutes ces starlettes ont malheureusement succombé aux charmes trompeurs de la chirurgie esthétique (fallait pas!).

Bref. De cette époque, on a appris l’intense. Les couleurs criardes, les traits épais, les mèches zébrées, le volume (en coiffure ou en épaulettes!). Et on aurait pu croire que ça n’oserait jamais revenir. Et pourtant. Le gros trait noir n’est pas mort. Certaines couleurs tentent une réapparition à chaque nouvelle saison (violet, orange, vert). Certaines jeunes filles reviennent au vernis écaillé (BEURK!!). A quand le retour de la permanente, des mèches atroces et de l’arc-en-ciel sur les paupières?! 

Il est temps d’apprendre de ces erreurs. Le but, c’est de nous sublimer, pas de nous amocher ! Par pitié, ne recommençons pas!!!

Commenter cet article